Coureur aérien ou terrien ?


Foulée terrienne

Coureur aérien ou terrien ? Comment connaître ma foulée ? On entend souvent dire qu’il est préférable d’adopter une attaque médio-pied et d’augmenter la fréquence de pas lorsque l’on court. Prendre ces habitudes serait un moyen de faire diminuer le risque de blessures. Or, nous sommes tous nés avec des préférences de motricité. Certains individus vont naturellement attaquer le sol par l’avant/milieu du pied et d’autres, par le talon. Selon plusieurs recherches, il n’y a donc pas de bonnes ou de mauvaises foulées, mais uniquement la loi de la nature à prendre en compte. Il faut savoir que dans le running dès que l'athlète touche le sol, le pied absorbe 2 à 4 fois le poids du corps dans les 20 à 30 premières millisecondes de la foulée. Il est donc important d’optimiser l’amorti du pied et de dépenser le minimum d’énergie, pour avoir une course idéale. C’est ici que la préférence motrice prend tout son sens.



Préférences de motricité : les fondamentaux


Préférences motrices définition

« Les préférences motrices permettent d’individualiser la prise en charge thérapeutique et sportive en fonction du mouvement naturel propre de chaque individu. »

Plus concrètement les préférences de motricité ou la signature posturale correspondent à l’ensemble des mouvements et des postures qu’un individu va adopter naturellement et de façon préférentielle.


Comment fonctionnent les préférences de motricité ?

L’individu va davantage solliciter certaines zones du cerveau humain (zones dominantes) plus que d’autres (zones opposées). L’utilisation de ces dernières zones va demander beaucoup plus d’effort car elle n’ont pas l’habitude d’être activées, alors que les zones dominantes vont être plus naturelles.


Ces deux zones sont associées à deux types de profils. Pour bien les comprendre regardons ce qui fait leur particularité.

Le profil moteur est une qualité naturelle individuelle : on a une facilité de contrôle, une aisance et il permet de faire une économie d’énergie. Le profil moteur opposé, quant à lui, va demander un apprentissage, de la concentration et une grosse dépense en énergie car ce n’est pas spontané ou naturel. C’est aller à l’encontre de nos habitudes.

Concrètement, si on demande à un droitier d'écrire de la main gauche il va réussir mais cela va lui demander beaucoup plus d'attention.


Pourquoi il est important de prendre en compte ces préférences ?

Un athlète a un fort intérêt à connaître ses préférences de motricité pour comprendre ses capacités physiques et ses qualités naturelles (profil moteur) et limiter les entraînements qui sont éloignés de ses qualités spontanées (profil moteur opposé). Si la personne respecte sa coordination motrice préférentielle, elle évite la crispation, la fatigue, elle ne se force pas à adopter une gestuelle qui n’est pas naturelle. Par conséquent elle limite toutes blessures.





Avoir une foulée aérienne


Le coureur aérien se caractérise par une marche vers le haut. Il va attaquer le sol par le médio-pied, c’est-à-dire par le plat ou l’avant du pied. Cette approche va donner une impression de petits bonds à chaque impact avec le sol. Il s’agit d’une foulée dite verticale, où le coureur va avoir beaucoup de dynamisme et de légèreté sur ses appuis et une amplitude gravitationnelle allant donc du bas vers le haut.


Si l’on observe un coureur aérien on va voir un port de tête vers le bas, un regard vers le haut, un balancement des bras à partir du coude, un buste et des épaules en avant par rapport à l’axe du tronc, un bassin vers l’arrière et des genoux tendus.


Cycle du pas du coureur aérien

Dans une foulée aérienne, le cycle du pas va partir d’un mouvement des épaules envoyant le corps vers l’avant. Cette inclinaison va comprimer la jambe et va créer une sensation de rebond sur le sol. Les parties du pied qui vont donc être sollicitées sont le bord externe et l’avant. On est sur un profil de coureur dit supinateur.


Quelle chaussure pour un coureur aérien ? Quel terrain ?

Le coureur aérien va avoir une préférence pour les terrains durs qui vont lui permettre d’être mieux propulsé et de restituer son énergie.


Quant au choix de la chaussure, il se sentira plus à l’aise avec un drop faible lui permettant d’être au contact avec le sol. L'idéal est d'acheter des runnings légères, rigides, serrées et toniques afin d’optimiser son énergie.


Muscles sollicités par le coureur aérien

La foulée aérienne va solliciter des muscles qui se situent à l'arrière du tronc et de la jambe. Autrement dit, il va travailler les abdominaux du haut, les mollets, le tendon d’Achille, l’ischio-jambier et le ligament croisé antérieur.




Avoir une foulée terrienne


Contrairement au coureur aérien, le terrien va adopter une marche vers le bas. En effet, il a pour particularité d’avoir une foulée qui attaque le sol par le talon. Dès le déroulement intégral du pied, le bassin puis le tronc vont basculer vers l’avant. On va avoir l’impression de raser le sol et il n’y aura pas de grandes élévations du corps vers le haut. On parle alors ici de foulée horizontale.


Pour distinguer un coureur aérien d’un terrien, il faut regarder sa démarche. Le terrien va avoir tendance à positionner sa tête vers le haut, son regard vers le bas, avoir un mouvement des bras partant des épaules, un buste droit, un bassin positionné vers l’avant et des genoux fléchis.


Cycle du pas d’un coureur terrien

Le cycle du pas d’un terrien suit une certaine logique. Elle commence par un mouvement partant du bassin qui va entraîner une contraction des muscles et une flexion de la jambe vers l’avant. Au contact du sol, la prise d’appui va se faire au niveau du talon et le pied va se dérouler intégralement. On va avoir une foulée longue avec un temps de suspension court. Nous sommes sur un type de profil se rapprochant du pronateur.


Chaussure pour coureur terrien. Et quel terrain de prédilection ?

Contrairement à l’aérien, le coureur terrien va pouvoir s’adapter à tout type de sol. Dur comme mou, il n’a pas de préférences car le talon va justement servir d'amortisseur.


Afin d’optimiser le confort au niveau du pied de l’athlète, il faut privilégier des chaussures avec un drop permettant d’amortir au niveau du talon et une flexibilité pour accompagner le mouvement du pied avec le sol.


Muscles sollicités par le coureur terrien

La foulée terrienne va avoir une incidence sur les muscles se situant sur le devant du tronc de l’individu. En effet, il va activer les muscles des abdominaux du bas, des adducteurs, des quadriceps et aussi des chevilles.


Préférences de motricité

Test préférence motrice


Pour comprendre dans quelle catégorie de profil nous nous situons, il existe plusieurs tests.


La façon la plus simple de comprendre ses préférences de motricité, est de se filmer ou bien d’analyser sa foulée lorsque l'on court. Tu peux rapidement voir si tu as plutôt tendance à attaquer le sol par le talon ou bien par la pointe du pied.


Tu peux également aller voir un podologue/posturologue qui pourra analyser lui-même tes habitudes posturales. Ce sera la meilleure personne pour te conseiller et t'aider à optimiser ta posture en course à pied.


Enfin, certains magasins spécialisés dans la course à pied proposent aujourd’hui des exercices permettant de comprendre en direct ta posture et tes préférences. Ils sont à ta disposition pour te conseiller la paire de chaussure la plus adaptée à toi.



Avoir une foulée efficace et économique


Pour avoir une foulée efficace et économique, le mieux est de prendre en compte ses préférences de motricité. Comme nous avons expliqué en introduction de cet article, notre foulée nous est donnée naturellement. À notre naissance, nous avons pris des habitudes et nous avons commencé à marcher d’une certaine façon sans nous demander pourquoi. Il s’agit de la même idée pour la course à pied. En voulant changer notre posture ou notre foulée, on va devoir se concentrer, aller à l’encontre de notre naturel ou encore se forcer à faire un certain mouvement. Or si on puise notre énergie, on risque d’être fatigué. Qui dit fatigue, dit augmentation du risque de blessure.


Ainsi, pour un coureur, il est préférable d’adapter et d’améliorer sa gestuelle et sa préparation physique plutôt que de chambouler ses habitudes naturelles. Étant donné que les deux profils ne vont pas solliciter les mêmes parties du corps et donc les mêmes muscles, autant les renforcer pour être plus performant.



SOURCES :


https://www.superphysique.org/articles/5130

https://www.podomatton.com/les-preferences-motrices-nouveau-vecteur-de-performance/

https://jogging-plus.com/entrainement-course-a-pied/coureur-debutant/aerien-ou-terrien-quel-type-de-coureur-etes-vous-preferences-motrices/

https://volodalen.com/wp-content/uploads/2021/05/volodalen_articles_vulgarisation_2020_Gindre.pdf